lundi 31 décembre 2012

Bonne année/Feliz año nuevo 2013

Je voudrais souhaiter une très bonne année 2013 à tous mes lecteurs de mon blog.

Dans une année, chaque moment compte…
Alors je vous souhaite:
- 1 an d’Allégresse
- 12 mois de Plaisir
- 52 semaines de Bien-être
- 365 jours de Chance
- 8 760 heures de Succès
- 525 600 minutes d’Amour
- pour un total de 31 536 000 secondes de bonheur !
Excellente nouvelle année 2013 à tout le monde!

Me gustaría desearle un feliz año nuevo 2013 a todos mis lectores de mi blog.
En un año, cada momento cuenta ...
Así que les deseo:
- 1 año de Alegría
- 12 meses de Placer
- 52 semanas de Bienestar
- 365 días de Suerte
- 8760 horas de Éxito
- 525 600 minutos de amor
- Para un total de 31.536.000 segundos de felicidad!
Feliz Año Nuevo 2013 a todos!


Je continuerais à faire des articles sur l'Uruguay avec toujours autant de plaisir en 2013
Voy a seguir haciendo artículos en Uruguay con la diversión sigue hasta el 2013

Merci/Gracias

jeudi 20 décembre 2012

La Comtesse du cimetière de Montevideo

Au mois de janvier 2012, je vous avais présenté El Cementerio Central (le cimetière central) de Montevideo que je trouve très joli bien que ce ne soit peut-être pas le lieu touristique numéro un que l'on ira visiter une fois à Montevideo. Dans cet article, je vous avais parlé d'une tombe surprenante du nom de Mademoiselle Antoinette Mathilde, Comtesse de Brayer, décédée le 31 décembre 1859.

Suite à un regroupement d'information et à l’enquête d'un journaliste de Montevideo, je vais vous donner plus de détail sur cette histoire. En vérité, cette Comtesse est reliée à l'Empire de Napoléon et son valet Louis Marchand. On pourrait se demander en effet comment une Comtesse a pu se faire enterrer dans le cimetière de Montevideo, pays républicain et si loin de la mère patrie.

L'histoire de cette Comtesse est assez complexe mais passionnante. Dans la première partie du cimetière, on peut apprécier la Rotonde (ou bien appelé aussi le Panthéon) dont on trouve à l’intérieur, une sculpture La Piedad (La pitié) qui fut l’œuvre du sculpteur italien José Leva. Je vous avais parlé de ce sculpteur dans l'article de la colonne de la Paix car ce fut lui qui fut choisi afin d’agrémenter la colonne avec une sculpture. Ce même José Leva fut celui qui sculptera le monument funéraire de la Comtesse de Brayer dans ce cimetière.

samedi 15 décembre 2012

Écrivain: Jules Supervielle

Nous allons parler d'un autre grand écrivain uruguayen d'origine française qui laissera une empreinte indélébile dans la littérature de ce petit pays. Il fait partie du cercle des grands écrivains franco-uruguayens comme Jules Laforgue (présentation ici) ou Isodore Lucien Ducasse: Jules Supervielle.

La famille Supervielle débarquera en Uruguay vers 1880 au moment de l’arrivée massive d'immigrants français. Le premier qui arrivera à Montevideo fut Bernard, oncle du poète et de sa femme Marie-Anne qui fondèrent la banque Supervielle pour servir les intérêts des immigrants français ainsi que celles des autres communautés.

Celui-ci demandera par la suite à son frère Victor Jules (père du poète) de venir le rejoindre à Montevideo vers 1882/1883. Son père provenait de la ville d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées Atlantique). Ce qu'il fit tout en se mariant avec sa propre belle-sœur, Marie, sœur de Marie-Anne donc la femme de Bernard...vous me suivez? Cette famille deviendra une grande famille bourgeoise française de Montevideo à cause de la banque.

mardi 11 décembre 2012

Musique: Julieta Venegas

Je vais faire une petite pause musicale. J'adore la musique mais une chose qui m’énerve avec toutes les radios commerciales d'aujourd'hui, c'est qu'elles passent à peu près tout le temps les mêmes chansons avec les mêmes chanteurs ou chanteuses. Ça prend la tête au bout d'un moment car on se demande si il y a autre chose...

 Alors pour changer un peu de registre, je vais vous présenter quelques chanteurs ou chanteuses d’Amérique centrale ou d’Amérique du sud que j'aime beaucoup et que j'ai découvert à Montevideo ou bien à travers les médias hispaniques.

Vous devez sûrement en connaître quelques uns alors que d'autres noms ne vous diront peut-être rien. Je vais vous les présenter un par un tranquillement.


mercredi 5 décembre 2012

Montevideo d'Antan: Teatro Urquiza

Montevideo a été une ville qui a eu une multitude de théâtres, de cinémas, de salles de concert comme la plupart des grandes villes. Malheureusement au fil des années et des époques, nombres d'entre eux ont fermé à cause d'une baisse d'audience, d'augmentation des loyers, du changement des goûts de gens avec l’avènement de la télévision ou de la radio, de la dictature qui fermera bon nombres de lieux culturels, spéculation des terrains, etc.

Nous allons parler dans cet article d'un de ces théâtres qui fera vibrer la culture avec un grand C durant la belle époque de Montevideo: Le Teatro Urquiza qui se trouvait aux coins des rues Mercedes et Andes. Comme vous pouvez le voir, j'utilise le passé dans mes verbes car celui-ci n'existe plus de nos jours. Vous trouverez l'explication de cette disparition à la fin de cet article.

L'architecte de ce théâtre fut l’ingénieur (militaire) Don Guillermo West mais les plans de ce bâtiment furent la main de son collègue architecte Horacio Acosta y Lara (surtout la façade du bâtiment). Le développeur et le futur propriétaire de ce théâtre était un citoyen argentin de Buenos Aires du nom de Dr. Justo G. de Urquiza. Il n’hésita pas à investir une forte somme d'argent afin de donner un nouveau lieu culturel autre que le Teatro Solís à la ville.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...