samedi 29 octobre 2011

Montevideo d'Antan: L'Hotel Nacional

Cet édifice monumental a été dessiné par l'architecte Juan Tosi mais construit sur l'initiative d'Emilio Reus avec l'apport de capitaux de la ''Banco Constructor Sudamericano''. Dans l'optique d'Emilio Reus et des autorités de cette époque là, Montevideo devait avoir aussi son hôtel monumental comme toutes les grandes capitales de l'Europe.

La construction de cet hôtel fut commencé en 1888 et se trouvait en face du "Gran establecimiento Balneario'' (grand établissement balnéaire) aujourd'hui disparu. Cet établissement avait été construit en 1888 pour donner à la ville un beau lieux de récréation.
Cet établissement avait deux piscines de 60 mètres de longueur alimentées par eau de mer pompée par des machines couvertes par de grandes lucarnes en verre. On trouvait un département d'hydrothérapie médicinale, des douches froides et chaudes, des services de salon de coiffure et tables de toilette pour les dames. Des grottes et des cascades, dans lesquelles on pouvait glisser, complétaient la décoration magnifique de cet établissement balnéaire pour la distraction des habitants de Montevideo "chic" ainsi que l'aristocratie de Buenos Aires.

L'Hotel Nacional fut inauguré en grande pompe en 1890 malgré la crise financière dans laquelle le pays se trouvait à ce moment là même si celui-ci n’était pas totalement terminé. La fin des travaux sera suspendue ce qui entraînera un projet qui ne sera jamais vraiment réalisé à 100%.

mercredi 26 octobre 2011

Les tutures anglaises

On continue notre tour du monde ''intra-uruguayen'' avec les tutures anglaises. Pendant longtemps, les anglais ont eu une influence assez forte sur les affaires autant politiques que commerciales dans le pays. De plus, une immigration importante (mais pas aussi grande que les italiens ou les espagnols) en fera une tête de pont vers l’Amérique du sud.

A cause de ce commerce, vous verrez un tas de voiture anglaises qui roulent encore dans la ville ou sur les routes des campagnes. Je suis certain qu'il y avait trois fois plus de voitures anglaises que d'anglais dans le pays car on connaît le degrés de commerce de nos amis British dans le monde ;)

Voici quelques voitures anglaises de différentes époques prises dans les rues Montevideo ou ailleurs. Certaines ne sont pas dans un état fantastique mais il faut réaliser que ce sont des voitures utilisées quotidiennement depuis des dizaines d’années.

Certaines marques vous diront quelque chose alors que d'autres vous seront peut-être totalement inconnu étant donné qu'elles n'existent plus de nos jours. Je n'ai pas mis des voitures comme les Mini car ce sont des voitures qu'on voit régulièrement chez nous.

lundi 24 octobre 2011

Les fabuleux puits de lumière de Montevideo

Une chose remarquable depuis que j’écume Montevideo est la richesse des maisons ou d’édifices avec des puits de lumière ou vasistas! J’étais loin de me douter de pouvoir trouver autant de puits de lumière faits de vitraux dans autant de maisons. Absolument incroyable!

Bien sur, je suis loin d'avoir découvert la moitié de ce patrimoine car la plupart de ces merveilles se trouvent dans des maisons privées ou dans des édifices non accessibles au public sauf durant le ''Día del Patrimonio'' (ou jour du patrimoine) pour certains.

Je pense que je dois avoir aussi une tête qui doit inspirer confiance car jusqu’à date, j'ai toujours, plus ou moins, réussi à prendre des photos de ces merveilles architecturales (bien sur avec l'aide de ma dulcinée, ça marche encore mieux!). Il faut oser, c'est tout ;)

Autant dans les maisons privées, on voit que ces beautés font la fierté de leurs propriétaires, autant dans les édifices publics, les gens s'en foutent un peu. Maintenant, peux-t-on trouver ces merveilles partout dans la ville? Non. Généralement, ces merveilles se trouvent dans certains quartiers de la ville et la plupart de ces maisons ont été construites par des architectes d'origine italienne. La plupart de ces puits de lumière ont été construits fin XIXe siècle, début XXe siècle dans Montevideo. Plus la personne était aisée, plus le puits de lumière reflétait cette richesse dans le detail, la grandeur et la beauté de celui-ci.

vendredi 21 octobre 2011

Monument: Palacio Municipal

Sous le nom de Palacio Municipal, on ne trouvera pas un palace mais bien la mairie de Montevideo (on aime bien appeler pas mal de monuments importants de la ville avec ''Palacio''). Beaucoup de personne s'extasie devant ce monument mais personnellement, je le trouve d'une laideur extrême. Il ressemble terriblement à l'architecture post-soviétique des années stalinienne de 1930 à moins que ce soit les soviétiques qui ont copié sur celui de Montevideo!

Le Palacio Municipal est le siège de l'Intendancia Municipal de Montevideo (IMM), organisme chargé du gouvernement local de la ville de Montevideo. Le Palacio Municipal se trouve sur l'Avenida 18 de Julio.

Histoire:
Le terrain actuel a appartenu à la fin du XVIIIe siècle à José Andrés Lamas Bermúdez, qui a vécu avec sa famille jusqu'à sa mort en 1805. Les terres furent abandonnées jusqu'en 1818. A cette date, on fera don de ces terres au prêtre portugais Manuel Salinas, en charge de l'Église de Cordón. En 1825, Salinas vendra les terrains à l'Anglais John Hall et trois ans plus tard, celui-ci les vendra à une commission de résidents britanniques afin d'installer un cimetière exclusif pour la collectivité anglaise. Il a été habilité en 1837 et a fonctionné jusqu'en 1873.

lundi 17 octobre 2011

Architecte: Joseph Paul Carré

Joseph Paul Adrien Carré est né le 18 mars 1870 dans la ville de Montmorillon. Son père était peintre et il décidera de faire des études d'architecte à l’école des Beaux-Arts de Paris. Il fut l’élève de Jean-Louis Pascal. Il interviendra pour l'Exposition Universelle de Paris en 1900.

En 1907, le doyen de la Faculté de Mathématiques de Montevideo, Eduardo García de Zúñiga, décide d'engager un enseignant étranger afin de moderniser l'enseignement de l'architecture. Suite à l’élection du conseil de la faculté, Joseph Carré sera l'heureux élu. Ainsi, il développera une nouvelle manière d'enseignement à la Faculté d'Architecture nationale de Montevideo jusqu'à sa mort. 

Mais durant les années d'enseignement, Joseph Carré dessinera quelques beaux édifices que l'on trouve toujours debout de nos jours. Il sera décoré de la légion d'honneur par l’état français en 1925. Il décédera le 2 mars 1941 à l’âge de 70 ans.

dimanche 16 octobre 2011

Interlude: Pub Forza Motorsport

Une amie m'a envoyé le lien de cette publicité qui a été tournée dans les rues de Montevideo. Bon, ce n'est pas exceptionnel d'avoir tourné une pub ici pour un grand nom ou une marque, mais pour celle-ci, j'ai assisté à quelques séances de tournage dans deux rues proche de la Ciudad Vieja (vieille ville) en tant que spectateur. Évidemment ce jour-là, on se caillait car nous étions en hiver et il y avait un vent à décorner les cocus.

Cette publicité a été tournée pour Monza Motorsport 4 (Xbox 360 de Microsoft) et la narration est du grand Jeremy Clarkson, leader de la non célèbre émission ''Top Gear'' de la BBC (the best TV in the world for me!). Malheureusement, je n'ai pas vu Jeremy Clarkson en personne car je lui aurais bien serré la main mais la voiture de la pub et son chauffeur étaient bien là!

J'ai pris des photos du chauffeur car j’étais certain que c’était un acteur très connu mais qui s'est révélé être, je pense, une erreur. Vous voyez que mon niveau de connaissance sur les acteurs/actrices, à part les plus connus, est assez....nul!. Je ne suis pas un adepte des potins de ces messieurs/dames.

Dans la réalité, je peux vous dire que le chauffeur n'y allait pas de main morte dans les dérapages contrôlés, les crissements des pneus, le bruit du moteur, les accélérations mais tout cela est caché par la musique dans la pub. Atmosphère électrisante et titanique dans les rues calmes, mais très calmes de la ville les dimanches...

jeudi 13 octobre 2011

Montevideo d'antan: Avenida 18 de Julio

Je tiens à signaler que j'ai puisé des images de la ville de Montevideo à droite et à gauche. Je me suis occupé de l'article mais c'est surtout pour vous montrer ce qu’était Montevideo à la fin du XIXe siècle et début- milieu XXe siècle. Comme on dit, ''y a pas photos!'' entre le Montevideo d’antan et aujourd'hui. Je suis tombé amoureux de ce Montevideo d'antan et je regrette qu'il n'existe plus comme avant.

Histoire
L'Avenida 18 de Julio (Avenue du 18 Juillet) est la principale avenue de Montevideo et dans laquelle on retrouve la majorité des édifices historiques les plus importants de la ville (Palacio Municipal, Palacio Díaz, Palacio Salvo, Edifice Cine Rex, Café Montevideo, Palacio Santos, etc.). Le long de cette avenue, on trouvera un nombre important de galeries marchandes, de cinémas et théâtres, de restaurants, des tonnes de magasins où on trouve vraiment de tout, etc. L'avenue, longue de 3 kilomètres, commence de la Plaza Independencia (limite de la vieille ville) jusqu'au Boulevard Artigas où est érigé l'obélisque. On trouve aussi un grand nombre de Plazas (places) le long de cette avenue comme ceux de Cagancha, Fabini, Los Treinta y Tres ou la Plaza Independencia. 

lundi 10 octobre 2011

Tradition: Les Gauchos - Prise 2

Voila la suite de la première partie de mon sujet sur les gauchos (voir Les Gauchos - Prise 1)

Donc comme je disais, les gauchos sont une pièce maîtresse du folklore uruguayen mais très importante dans la vie de tous les jours car ce sont eux qui conduisent, surveillent, gèrent les troupeaux de bovins ou de moutons dans les plaines. Si vous voulez les voir, c'est certain que vous en trouverez rarement dans Montevideo ou ses banlieues. J'en ai vu quelques-uns en ville mais je suis certain qu'ils n'avaient pas le choix de venir. Ce sont des gens qui fuient le bruit, la pollution, les ploucs et de tout ce que l'on peut trouver en ville. Mon expérience m'a démontré que ce sont des gens, peut-être ''rustique'' mais ô combien sympathiques en général. Ce sont de braves gens comme ceux de nos campagnes françaises.

Évidemment, si vous en voyez un ou plusieurs dans les plaines, pas besoin de les chasser pour les prendre en photos. Il suffit de demander! On n'est pas chez Disney World ici!

Statue à la gloire des gauchos sur l'Avenida 18 de Julio dans Montevideo

vendredi 7 octobre 2011

Bouffe: Le Chivito

Une fois que l'on arrive en Uruguay, on entre dans un monde de carnivore car ici, on mange de la viande comme on boit du Coca au Canada! Mais, il faut avouer que la viande est d'une grande qualité du fait qu'elle n'est pas encore trop trafiquée comme dans beaucoup de pays industrialisés (eh oui! on parle de la rentabilité donc on peut tout se permettre...)

Le Chivito est, à mon goût, un sérieux concurrent du hamburger infâme de chez McDo. Ben oui, en Uruguay, on trouve l'arche jaune et rouge aussi car les enfants uruguayens sont comme ceux du Canada, de la France ou du monde entier: on va manger chez McDo car c'est cool et en plus, on vous donne des cadeaux ''Made in China" gratuit...enfin presque gratuit car vos parents doivent quand même payer votre combo pour avoir votre petite merde en plastoc!

Comme vous pouvez le voir, je ne suis pas un fanatique de McDo pour la bouffe tout en n’étant pas un anti-McDo car chaque personne a ses propres goûts.

mercredi 5 octobre 2011

Monument: Edificio Cine Rex

Le Rex est l'un des nombreux beaux édifices sur l'Avenida 18 de Julio de Montevideo. L’édifice fut construit par un autre prolifique architecte de Montevideo, Alfredo Jones Brown (né à Montevideo en 1876 et décédé en 1950) durant les années 1926 à 1928. 

Il est l'auteur de nombreuses autres réalisation dans Montevideo ou à l’extérieur de la ville comme la demeure de Francisco Piria à Piriápolis (1903), l'Institut Alfred Vázquez Acevedo (IAVA - 1909) et l'école Reducto sur la rue Vilardebó (1913).

Dans le cas de l’édifice Rex, il était considéré comme l'une des réalisations les plus modernes en son temps puisque le bâtiment présente des lignes épurées avec une décoration sobre.

A l'angle, l’édifice est achevé par un ''mirador'' circulaire, entouré de colonnes et couronné par une coupole couverte par des carreaux polychromes. Ce ''mirador'' était utilisé, à l’époque, par les commerçants qui habitaient cet édifice afin de voir l'arrivée des bateaux et de leurs marchandises au port de Montevideo.

lundi 3 octobre 2011

Tradition: Les Gauchos - Prise 1

En Uruguay, le gaucho est un personnage important du folklore national qui symbolise la liberté et l’individualité. Les représentations poétiques du gaucho le dépeignent comme un idéal de courage et d’indépendance. Mais au-delà de sa représentation dans la musique , la littérature et la peinture, ce personnage est un symbole important de la culture uruguayenne. Il jouera un rôle déterminant aussi dans la création du pays en s'engageant dans des batailles.

C'est l'homme de la campagne chargé de la conduite des troupeaux. Dans sa représentation stéréotypée , il est toujours accompagné de son cheval qui, outre un mode de transport, est l'un des rares biens matériels que l'on peut associer au mode de vie des gauchos. De nos jours, le cheval est toujours une pierre fondamentale des activités du gaucho dans les champs.

Le terme gaucho désigne (en Argentine, Paraguay, Uruguay et au sud du Brésil) le peuple de gardiens de troupeaux de la pampa sud-américaine. L’étymologie de ce terme aurait pour origine la langue Quechua ''huacchu'' (orphelin, solitaire) ou du Caló (gitan, bohémien espagnol) ''gacho'' (paysan). 

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...