dimanche 14 avril 2013

Patrimoine: Le Club Uruguay

Je vais vous présenter un des bâtiments les plus emblématiques qui se trouve actuellement sur la rue Sarandi au niveau de la Plaza Matriz dans la Ciudad Vieja (vieille ville). Si vous regardez les cartes postales depuis la nuit des temps, vous vous apercevrez que ce bâtiment fait partie intégrante de cette place depuis la fin du XIXe siècle : Je vais vous raconter l’histoire du Club Uruguay.

L’origine du Club Uruguay, malgré son nom qui fait un peu boite de nuit, était à la base un projet de regroupement des principaux (et des plus influents) négociants de la ville aux alentours du 8 février 1878. Un peu l’ancêtre d’une chambre de commerce de Montevideo. Le premier regroupement de ces négociants fut appelé le Club Libertad (Club de la liberté).

Cette création fut parallèle à la période qui fut aussi la culmination de la formation et de la consolidation de ce pays avec une forte émigration provenant principalement de trois pays que fut l’Espagne, l’Italie et la France.


On décida de créer un cercle qui réunirait la plupart des personnages de la haute société de Montevideo sur une des artères principales de la ville qu’était la Calle Sarandi car celle-ci représentait l’élégance même des personnes qui arpentaient cette rue. De plus, l’endroit au niveau de la Plaza Constitución (le nom sera changé pour Plaza Matriz bien plus tard) se trouvait être un point central et un passage obligé des habitants de la ville.

Le Club Uruguay est le batiment le plus imposant de la place après l’église à la fin du XIXe siècle.
Plus tard, on décida de changer de nom et le nom Club Uruguay  fut suggéré par le docteur Aureliano Rodriguez Larreta. Celui-ci fut approuvé par l’assemblée des notables. La première commission directive fut composée du président, Edouardo Labrousse et de ses compagnons, Guillermo Lafone Quevedo, Claudio Balparda, Enrique Barroso, Rodolfo Arteaga, José Antonio Ferreira, Juan Previtali, Horacio Areco et Carlos Munoz.

Le projet et les plans du bâtiment sur la Plaza Constitución furent discutés le 15 décembre 1885. Le projet fut approuvé par Carlos Shaw et la construction débuta en 1886 pour finir en 1888. Il fut conçu par le célèbre et brillant ingénieur italien que fut Luigi Andreoni. De nombreux monuments significatifs de la ville comme, l’hospital Italiano, la Banco Ingles, l’Estacion del Ferrocarril Central (gare centrale), portent son nom étant donné qu’il a laissé une empreinte très importante sur Montevideo. L’édifice coûta 120 000 pesos ce qui était une somme assez considérable pour cette époque.
Photo vers 1910 mais le grand hôtel lui fait concurrence en taille.
Le bâtiment se trouve à un emplacement exceptionnel et donne sur une des plus jolies places de la vieille ville. Vous pouvez en admirer le panorama depuis le superbe balcon. Style de bâtiment que l’on pourrait classer comme œuvre éclectique.

Le Club Uruguay devint le siège de la haute société de Montevideo de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Un endroit très sélect à cette époque où on devait se montrer devant tout ce que Montevideo pouvait comporter comme bourgeoisie. Un domaine privilégié pour des rencontres sociales.

Le Club Uruguay aujourd’hui (on peut noter la disparition des statues sur la devanture du toit
Le bâtiment est sur trois étages si je ne me trompe pas ce qui inclut le rez-de-chaussée. Le rez-de-chaussee est occupé aujourd’hui par un resto et une ou deux boutiques. Dans le temps, le célèbre Bazar Colon occupait tout le niveau de la rue. Le hall d’entrée fait très style renaissance avec une alternance de colonne style grecque avec de grands vases. Du hall d’entrée, on se retrouve devant un gigantesque escalier tout en marbre qui monte aux étages et recouvert d’un tapis rouge ce qui vous donne l’impression de monter les escaliers d’un palais.


Escalier qui peut accommoder au moins cinq personnes sur toute sa largeur. On y trouve de belles statues en bronze à chaque coin de l’escalier monumental.

Le ''petit escalier''
Aux étages supérieurs, la moitié des planchers sont en bois (la plupart des salons) alors que ceux des couloirs sont en marbre. La décoration des étages fait plus style baroque avec de superbes moulures et des plafonds entièrement décorés de moulage. On trouve pas mal de miroirs qui donnent une impression grandiose des pièces. Il n'y a pas une orgie de meubles mais on trouve de belles peintures de peintres locaux sur les murs.


Les différents salons accueillaient des hommes politiques, des artistes de tout genre, des aristocrates de la ville, du pays et des aristocrates étrangers, etc. Bref, on y retrouvait toute l’élégance et la crème de la crème de la ville dans un endroit.


Tous les sujets y étaient débattus, discutés dans les salons. Les salons sont: El Salón Imperio, el Salón Japonés, el Salón Ingles, el Salón Holandés et el Salón Artigas.
Le puits de lumière qui inonde les escaliers de lumière naturelle bien que le jour de la visite, c’était couvert donc on peut bien se l'imaginer avec le soleil

La grosse surprise de ce bâtiment est la salle de danse absolument fabuleuse et énorme. Une taille, qui de dehors, ne vous donne pas une impression de démesure mais une fois dedans, vous êtes un peu estomaqué par la superficie. Tout en flânant dans cette pièce, j’essayais de me recréer ce qu’avait pu être cette salle de danse dans les années 1900-1930.

Voici cette fameuse salle de danse avec ses immenses fenêtres qui donne sur la place Matriz

Je voyais des hommes avec leurs costumes de style européens, chapeaux melons ou haut de formes, des femmes élégantes habillées des meilleures toilettes du moment provenant de France, d’Italie, d’Angleterre, etc. Un endroit où tout le monde se parlait, s’apostrophait, se présentait entre eux, se faisait des petits sourires de complicité, etc.



On fait des expositions dans ce lieu depuis bien longtemps puisqu’une des premières expositions eu lieu en août 1888 sur des objets japonais et articles perses!

Aujourd'hui, on organise des réceptions de mariage, des tournois de bridges, des anniversaires corporatifs comme le 100ieme anniversaire de l'Oréal-Amérique du sud ou les 150 ans de la banque espagnole Santander.


En dehors de ces événements cités ci-dessus, le Club est fermé au public sauf durant le jour du patrimoine (el Día del Patrimonio) qui est célébré durant un week-end.


Ces photos ont été prises durant ce week-end spécial donc il faut s’attendre à du monde surtout que cet édifice se trouve dans un endroit très touristique et facile d'accès. Mais au moins, cela permet de visiter les plus beaux monuments de la ville et tout ça gratuitement!


L’édifice est classé monument historique depuis 1975.

Une petite photo du passé pour finir cet article.

A bientôt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...