mardi 3 septembre 2013

La roseraie du Prado


Nous allons visiter un lieu qui se trouve sur la liste des héritages de Montevideo de forte influence française du début du XXe siècle. Lieu qui existe toujours de nos jours et qui se trouve dans un des mes quartiers favoris de Montevideo et qui se prénomme le barrio del Prado. Je vous présente el Rosedal del Prado ou bien el Jardín de Rosas del Prado ou simplement en français: la roseraie du Prado.

Pour ceux qui ont pris le train en route en lisant ce blog :) , j'ai fait une présentation précédente de ce quartier dans mes articles un et deux. Quartier qui inclut de fabuleuses anciennes maisons, el Jardín Botánico (jardin botanique) et la Rural del Prado.

Bref, un quartier à faire si vous passez par cette ville qui de plus, n'est pas le plus visité par les touristes mais surtout par les locaux. Le quartier est facilement accessible facile par bus depuis le centre-ville. Il faut juste chercher les bus qui font le trajet, ce qui est moins facile à trouver. Mais il y aura toujours un gentil habitant qui vous expliquera le trajet ou bien qui vous aidera à trouver votre bus.

A l'origine, les terrains appartenaient à l'entrepreneur alsacien José de Buschental dont je vous fait sa présentation dans cet article. Monsieur de Buschental était propriétaire de nombreux terrains dans ce quartier dont un cinquième sera rendu public après son décès. Une partie de ces terrains servira au projet de la roseraie entre autre.

Le projet de la roseraie fut une idée et une création du paysagiste/horticulteur français Charles Racine (voici son portrait) qui fut celui qui dessina le jardin botanique de Montevideo en 1902. Vous vous apercevrez que Charles Racine revient souvent dans mon blog car il fut l'un des plus grands paysagistes qui laissa un très grand héritage sur Montevideo avec son compatriote Carlos (ou Charles) Thays, français de Buenos Aires. A eux deux, ils créeront à peu près tous les poumons verts de Montevideo.

Les plans originaux de la roseraie furent dessinés par l'architecte uruguayen, d'origine italienne, Eugenio Baroffio en 1908. Mais les travaux ne seront pas effectués immédiatement car les fonds pour sa réalisation seront employés pour la réalisations des Plazas Independencia et de Cagancha (deux places publiques importantes de la ville).

La roseraie ou “rosarium”, qui deviendra réalité en 1912, se trouve dans un triangle coincé entre l'Avenida Delmira Agustini, l'Avenida Buschental et les voies Clara Silva et Jaures Lamarque Pons. Parallèle à l'Avenida Demira Agustini, on trouve le ruisseau Miguelete.

La conception de la roseraie consiste en un rond-point central surmonté d'une fontaine en bronze avec une source. Cette fontaine est entourée de vingt colonnes. Les parterres de roses sont disposés tout autour de cette fontaine. Les structures sont formée par quatre pergolas de 60 mètres de longueur, couronnées par huit coupoles style Art nouveau.


Durant le gouvernement de Daniel Muñoz (1909-1911), on importera une collection variée de roses françaises en 1910, dont la plantation et la multiplication a été soigneusement réalisée par Charles Racine. Au moment de sa gloire, la roseraie comptait 12.000 roses de 800 différentes variétés. Toutefois, certaines des roses que l'on trouve sur les pergolas sont des roses Banksias originaires de Chine. Ce sont les premières à fleurir ce qui annonce le retour du printemps.Youpi!

La roseraie fut inaugurée le 17 novembre 1912 en présence de dignitaires de la ville, de la bourgeoisie de Montevideo, de simples badauds et de la Banda Municipal, la fanfare municipale.


Il y aura une bataille de fleurs qui distraira les visiteurs jusqu’à minuit (on ne dit pas si on utilisa les roses de la roseraie mais je ne pense pas que M. Racine aurait été d'accord). 

La roseraie deviendra un des endroits les plus populaires du Prado. Ce lieu fut considéré comme le cœur du Parque del Prado pendant longtemps. Dans le même décennie, d'autre sites surgiront aux alentours comme l'Hôtel du Prado et la Rural del Prado. 


Mais le coté le plus fleuri et parfumé de la ville sera réservé à la roseraie. La roseraie deviendra le lieu de rencontre de la haute société et un endroit magique pour les amateurs de fleurs, les amateurs de parfums ou tout simplement ceux qui voient les fleurs comme des sourires à la joie et la vie avec les couleurs. 




Aujourd’hui, il faut reconnaître que la roseraie présente un petit air nostalgique et que l'entretien des pergolas est limite sur certaines sections mais il faut admettre qu'elles sont toujours là ce qui est fantastique quand on connaît les dates d'origine: 1912!. Connaissez-vous beaucoup de chose de notre époque qui aurait une durée de vie aussi longue? Pas à ma connaissance en tout cas. La roseraie elle-même est entretenue mais avec un choix plus restreint de roses.

Au moins, on peut s'embrasser tranquillement sans se faire voir par les parents... ;)

Il y a actuellement plus ou moins 300 variétés de roses antiques et modernes qui croissent dans la roseraie de nos jours.

Quelques roses quand même!



 Mais le pied est de pouvoir s'installer sur un banc et lire son bouquin préféré. Pas beau la vie, monsieur?


A bientot pour la suite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...