dimanche 29 juillet 2012

Hippodrome de Maroñas

L'Uruguay fait parti encore de ces pays où les courses de chevaux sont encore retransmises sur quelques canaux à la télé. En vérité, les hippodromes ne surgiront pas à Montevideo, non pas à cause d'une nouvelle ferveur des Uruguayens pour les courses de chevaux mais grâce à l'initiative des membres de la petite colonie anglaise qui résidait surtout dans le quartier d'Ituizaingó (aujourd'hui un quartier rattaché à Montevideo) à la fin du XIXe et début du XXe siècle. Peut-être une petite communauté anglaise mais avec de grands moyens financiers étant donné que nos amis anglais contrôlaient certains pans économiques assez importants de l'Uruguay comme le gaz, l’électricité, les chemins de fer, etc...

Le premier hippodrome sera inauguré en 1854 à proximité de Piedras Blancas et Manga. Puis en 1867, on inaugure le Nuevo Circo (Nouveau Cirque) pour les courses de chevaux dans les environs de Maroñas avec une piste de 1.750 mètres. Il a fonctionné jusqu'à 1874, quand a été inauguré le Circo Ituzaingó, communément connu comme Circo de Maroñas car dans le passé, ces terrains avaient appartenu à un riche propriétaire de magasins généraux du nom de Juan Francisco Maroñas, immigrant espagnol de Galicie. Ce Circo de Maroñas fut mentionné comme le premier hippodrome construit à Maroñas où il se trouve toujours.



Le 14 août 1877, le gouvernement national régira le premier Reglamento de Carreras (règlement sur les courses).

La fondation du Jockey Club de Montevideo fut crée en 1888. La première tribune avec ses premières loges pour les membres furent l’œuvre de l'architecte italien Ángel Battaglia en 1888. Le 3 décembre de cette même année fut crée la commission directive présidée par Pedro Piñeyrúa.

La première édition du Grand Prix International de Montevideo sera courue le 1er janvier 1889 et le Jockey Club prendra possession de l'hippodrome afin de stimuler l’activité turfiste. Le 3 février 1889, avec la présence du Président de la République, Máximo Tajes, et les plus hautes autorités nationales, le Jockey Club de Montevideo tiendra sa première réunion.

En 1909, on assigne à l'architecte Jacobo Vázquez Varela la construction de la nouvelle tribune ainsi que les loges. Celle-ci seront inaugurées le 6 janvier 1910. Ces mêmes tribunes seront redessinées en 1920 par les architectes Fernando Capurro et Emilio Rodie.

Étant donné que les courses, le turf et l'aide aux courses n’arrêtera pas de croître dû à son succès, il fallu agrandir les installations et ce fut l'architecte Román Fresnedo Siri qui construira les tribunes Folle Ylla en 1938 et la Local Tribuna en 1945.

Le Jockey Club sera liquidé en 1996 et fermera ses portes en décembre 1997. Il se retrouvera aux mains de l’État et tombera plus ou moins dans un long sommeil d'abandon et de détérioration. Finalement, l'hippodrome Maroñas sera vendu au privé et recommencera à vivre aux rythmes des courses de chevaux en juin 2003.

Voici des photos de l'hippodrome de Maroñas durant sa splendeur fin XIX et début XXe siècle qui montre que la bourgeoisie existait bien et que celle-ci était égale à celle que l'on trouvait dans toutes les capitales européennes de ces époques.
Les tribunes vers 1895
La grande foule devant les tribunes vers les années 1890/1900
Photo des années 1913
La foule devant les tribunes vers les années 1917


Les turfistes de premier plan ;)
Les tribunes vers 1917

Photo des tribunes vers 1930

Aujourd'hui, voici le bâtiment central qui inclut les tribunes. Pour le faire vivre, on trouvera un casino à l’intérieur ainsi que des salles à louer pour des fêtes, anniversaires, etc... Évidemment, aujourd'hui, le football a détrôné les courses de chevaux donc on aperçoit vraiment moins de monde que dans les vieilles photos mais à cette époque, le football n’était pas une folie.


A bientôt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...