mercredi 28 novembre 2012

La Citadelle de Montevideo

Nous allons faire un petit tour virtuelle de la citadelle de Montevideo car celle-ci n'existe plus de nos jours à part quelques morceaux ça et là. Elle a été détruite à presque cent pour cent à la fin du XIXe siècle afin de donner une nouvelle envergure à la ville de Montevideo.

J'accompagne cet article de quelques photos de cette époque qui vous montreront plus la destruction des remparts que des vues de la ville avec ses remparts.

Histoire

Dans la nuit de Noël de 1726, le capitaine don Pedro Millán réalisait, par des ordres du gouverneur espagnol de l'époque à Buenos Aires, Bruno Mauricio de Zabala, le premier acte de délimitation de ce qui deviendra le noyau ''originaire'' de San Felipe y Santiago de Montevideo (vous venez de découvrir le vrai nom de la ville de Montevideo).

Pour des raisons stratégiques et militaires, l'endroit fut décidé et conçu comme la première installation du front défensif des domaines espagnols du Río de la Plata. Le lieu habité devait fonctionner comme une place forte entourée de murailles et se trouvant dans une zone de litiges constants avec les Portugais. C’était un point géopolitique stratégique pour le contrôle de l'embouchure du Río de la Plata et le passage vers le sud de l'Atlantique.

La citadelle a pris 40 ans (!) afin d’être édifiée car elle fut construite avec d’épais murs en granit pour devenir une forteresse. La majestueuse construction de la citadelle a commencé en 1741 ou 1742 sous la conduite de l’ingénieur Diego Cardoso. Elle fut finie vers 1780. Les murs faisaient 6 mètres d’épaisseur. On pouvait décrire la citadelle comme un bâtiment de défense coloniale de premier ordre.

Le plan de la citadelle incluait une place d'arme (ou terrain de parade) comme la plupart des citadelles et avait à chaque coin de ses remparts de grandes tourelles où il était possible de mettre une puissante armée afin de défendre les murailles. Toute la ville se trouvait entourée de redoutables murailles avec un parapet. Elle possédait cinquante canons sur ses fortifications et il existait un énorme dépôt d'armes, de munitions et de poudre à la disposition d'une force militaire de grande importance pour son époque.

Voici une maquette ci-dessous qui a été faite à partir de plans et qui donne vers le fleuve. On peut apercevoir la Puerta de la Ciudadela qui existe encore de nos jours avec son pont qui lui n'existe plus.


Les murailles étaient entourées de grands et profonds fossés (17 mètres de large sur 13 mètres de profondeur) qui pouvaient être rempli avec l'eau du fleuve. La porte de la citadelle avec son pont était utilisée pour pouvoir accéder dans la forteresse mais aussi vers la ville. L'architecture était de type colonial et néo-classique espagnol ce qui traduit et se voit encore de nous jours dans la construction de la Ciudad Vieja (vieille ville) comme les rues, les places, etc.

Voici la citadelle vue de l'autre côté avec Montevideo en arrière-plan
La citadelle était située à l'intérieur même de la limite de la ville et s'étendait jusqu'à l'eau. On trouvait une autre muraille de caractéristiques similaires, à travers de laquelle seulement deux portes donnaient accès aux champs extérieurs. Ces deux portes étaient également complétées deux hautes fortifications qui s’appelaient Cubo del Sur (plus ou moins au niveau de la Calle Brecha) et Cubo del Norte qui est aujourd'hui approximativement la Calle Bartolomé Mitre.

A l'ouest au niveau de l'extrémité de la presqu'île, on trouvait une autre fortification importante qui était El Fuerte de San José (Fort San José) qui fut la construction originale de Zabala. La délimitation du fort sont plus ou moins les rues Piedras, Guarani, Cerrito et Juan Lindolfo Cuestas. Proche de ce fort, on retrouvait les premières défenses des forces portugaises du chef de camps Manuel de Freitas de Fonseca qui abandonnèrent ce lieu avant l’arrivée des espagnols.

Le port de Montevideo et sa baie avaient une ascendance unique. En 1776, l'Espagne établira à Montevideo sa grande base navale (Real Apostadero de Marina) du sud-ouest de l'Atlantique, autonome du vice-roi de Buenos Aires. Relevant directement du roi d'Espagne, la base navale était surtout là afin de préserver l'intégrité de la souveraineté espagnole dans les eaux du sud. Les vaisseaux de guerre espagnols patrouilleront constamment les côtes de l’Amérique du sud..

Le domaine où se trouve aujourd'hui la place Zabala fut le lieu de El edificio del Fuerte (l'édifice du Fort) durant plus d'un siècle et qui fut construit entre 1766 et 1770. Ce bâtiment fut la résidence et le bureau des gouverneurs durant le temps des Espagnols ainsi que le siège du Poder Ejecutivo (Pouvoir Exécutif).
Parmi les forces militaires stationnées à Montevideo, il faut mentionner celui du Cuerpo de Blandengues de la Frontera, une unité d'élite composée de huit compagnies de 700 hommes chacune, créées en 1797 et d'où commencera la carrière militaire de mon ami José Gervasio Artigas.

Montevideo a été le siège du pouvoir politique espagnol (ainsi que sa puissance) mais on trouvait une ''ségrégation de la société dans cette ville qui était basée sur les ''races'' et les classes. Homme d'affaires, les prêteurs, les propriétaires fonciers absents, les élites du personnel gouvernemental étaient considérés faisant partie de la haute classe bien qu'ils étaient encore de descendances humbles car le sang basque, catalan ou des îles Canaries coulaient dans leurs veines.
Quand à la classe moyenne, celle-ci se trouvait parmi les militaires et leurs familles, le personnel gouvernemental de catégorie secondaire, les artisans, les commerçants, etc.

Je ne serais pas surpris d'apprendre qu'il devait sûrement exister une classe pauvre composée de gens de la campagne, d'esclaves ou d'affranchis, de délurés, de voyous. Ils devaient sûrement habiter dans la ville ou aux abords de la ville.

Est-ce que cette formidable forteresse sera au moins vraiment utilisée une fois contre un envahisseur quelconque? Et bien oui! Et non contre les troupes portugaises comme on aurait pu  le penser mais contre les britanniques. Le 3 février 1807, les troupes britanniques menées par le général Samuel Auchmuty et l'amiral Charles Striling réussiront à rentrer dans la citadelle à travers une brèche (d’ou le nom de la rue Brecha) et occuperont les lieux durant la bataille de Montevideo en 1807. La citadelle fut capturée de nouveau par les troupes espagnoles le 2 septembre de la même année. Disons que les anglais n'auront pas eu le temps de faire beaucoup de tourisme et de manger les bons asados uruguayens. Dommage pour eux ;)

Je pense que nous sommes dans les années 1868-1874 approximativement
Suite à l'indépendance du pays en 1833, on commencera à détruire la citadelle. Cela veut dire que la forteresse a seulement subsisté un demi-siècle. On a sans doute utilisé les matériaux de la forteresse pour construire d'autre monuments de la ville. Puis ensuite furent démolis les coins de la citadelle avec ses tourelles. Le corps principal de la forteresse a fonctionné comme marché public, plus connu sous le nom de Mercado Viejo (vieux marché), jusqu'en 1879. Il sera finalement entièrement détruit afin de devenir la base de l'actuelle Plaza Independencia. Ci-dessous, deux photos de cet ancien Mercado Viejo avant sa destruction.

Il reste aussi une partie de mur sur un des côtés du Teatro Solis. Il existerait encore quelques tunnels de cette époque qui reliaient la citadelle aux bâtiments les plus proches de la ville et qui auraient pu être utilisés comme stratégie de sortie en cas d'attaque (comme contre les anglais?).

Photos ci-dessous de la destruction des murailles (approx. 1877). La deuxième photo est celle du Mercardo Viejo donc vers 1879/1880.



La Puerta de la Ciuadadela est encore debout en janvier 1877
La Puerta de la Ciuadadela fut rénovée en 2009 par l'Intendencia de Montevideo. Elle fut démontée et transportée à la Escuela de Artes y Oficios (École des Arts et Métiers) en 1879. La porte retrouvera son emplacement d'origine en 1959.

Une vue de la porte en 1962 avec une belle traction Citroën!
Voici une vue intéressante de la porte avec ce site Uruguay360. Il vous suffit d’appuyer sur le signe + pour agrandir la vue ou le contraire avec le signe -. Pour la pleine image sur votre ordinateur, vous appuyez sur l’icône en bas à droite avec les 4 flèches. Vous avez d'autres vues du pays et c'est superbe car cela vous montre les beaux endroits de ce pays.

A la prochaine.

1 commentaire:

  1. J´apprends plus d´histoire avec toi que jamais !!!!!!!! dans le lycée !!!!
    Bisous JF

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...