jeudi 22 novembre 2012

Les émigrants européens: Les Suisses

La colonie Suisse s'est établie au milieu du dix-neuvième siècle en Amérique du sud. Jusqu'alors, le courant migratoire suisse était plutôt concentré vers les États-Unis mais il fut interrompu par la Guerre de Sécession. Les entreprises de démarcheurs commencèrent à faire miroiter les avantages des pays le long du Rio de la Plata (Argentine, Uruguay, etc).
Au milieu du XIXième siècle, environ 6.000 Suisses s'étaient établis sur Buenos Aires, un nombre considérable si on pense que cette ville comptaient alors que 200.000 personnes.

La raison principale fut que la Suisse traversait à cette époque une forte crise économique qui obligera plusieurs de ses citoyens à chercher de meilleures possibilités d'emplois à l'extérieur du pays étant donné que la situation était plutôt précaire pour beaucoup d'entre eux. L’Amérique, en général, représentait pour eux une possibilité de prospérité et de progrès qui convenaient très bien à leurs désirs.

Un des pays qui attira un grand nombre de Suisses fut l'Uruguay car ce pays offrait une gamme d'alternatives comme sa stabilité, son hégémonie et surtout disposait de grandes propriétés rurales destinés à la productivité agricole et d'élevage.


Par conséquent, une compagnie bancaire de Bâle, Siegrist und Fender, acheta des champs à la Sociedad Agricola del Rosario Occidental aux alentours de 1860 dans le département de Colonia. Un lieu de l'achat qui deviendra par la suite: Colonia Nueva Helvecia (Colonie Nouvelle Suisse). Malgré le fait que l'Uruguay se trouvait à une distance de 11,000 kilomètres de la Suisse, Siegrist und Fender fera un excellent travail en tant que gestionnaire foncier des propriétés et s’assurèrent que les colons auraient des conditions de vie appropriées.
La banque fournira des outils agricoles et s'assurera que les administrations locales accordèrent des prêts favorables aux colons.

On considère la date de la fondation de la ville Nueva Helvecia, qui se situe sur la Ruta 1 (Km 118), aux alentours du 25 avril 1862. L'année 1862 sera l'occasion de voir une grande arrivée d'immigrants provenant surtout de la Suisse. Par la suite, un nombre important d'immigrants arrivèrent d'Autriche, d'Allemagne, d'Italie et de France et ils s'installeront aussi dans la zone.

En 1864, on recensa cent quarante et une familles totalisant six cent personnes vivant dans la colonie Suisse de Nueva Helvecia: 479 Suisses et 121 non Suisses qui étaient pour la plupart des autrichiens du Tyrol. Quatorze ans plus tard, en 1878, on dénombrera mille cinq cent personnes dans cette colonie. Les premiers habitants ont été en majorité des Suisses de langue allemande et de religion protestante. Ils créèrent assez rapidement une école communale privée qui sera suivie par une des premières écoles publiques du pays.

La reconnaissance de Nueva Helvecia comme pueblo (village) sera promulguée le 26 mai 1894. Nueva Helvecia deviendra aussi la première zone touristique dès 1872 grâce à la fondation de l'Hotel Suizo.

Grâce a la qualité et aux compétences des ouvriers suisses, le travail agricole deviendra un des principaux atouts de cette zone avec une spécialisation dans la culture des arbres fruitiers et surtout la laiterie et ses produits laitiers de qualité exceptionnelle. Cette qualité exceptionnelle des produits poussera ces colons à vendre leurs produits à une échelle sans précédent vers l'Argentine et vers la Suisse.

Le fameux fromage Colonia que l'on retrouve dans toutes les bonnes épiceries ou grandes surfaces du pays a été introduit en 1868 par Jean Théophile Karlen qui immigra en Uruguay en provenance de Diemtigen (canton de Berne). Sa famille composée de sa femme et de cinq de ses six fils s'établira dans la ville afin de donner un commencement à une nouvelle culture et surtout un style culinaire, qui à cette époque, était assez inconnu pour la population locale. C'est lui qui ouvrira la première fromagerie dans la colonie en vendant ses produits mais aussi ceux des autres producteurs. On considère que Jean Karlen fut le fondateur des fromageries en Uruguay.

En 1891, on dénombrait une centaine de fabriques qui fabriquaient du fromage, du beurre, de la crème et de la caséine. Plus tard, ils créeront La Escuala de Lecheria (École du Lait) et developeront les variétés de fromages comme le Limburger, le Parmesan, le Sbrinz, le Provolone, le Cuartirolo, le Pategras et finalement le classique des classiques: le Colonia. 

En 1900, ils avaient le premier moulin a vapeur (Molino Quemado) qui deviendra hydraulique par la suite et eurent leurs premières moissonneuses-batteuses de cette époque. Photo du village à gauche en 1894.

Ces premiers colons arrivèrent avec un esprit de forte mentalité du travail et une volonté de s'installer définitivement dans le pays. Un de ces colons avait dit: ''No deseamos volver a nuestra antigua patria. La desgracia nos impulso hasta aquí y no queremos cambiar nuestra suerte actual''. On pourrait traduire cela par: ''Nous ne désirons pas revenir dans notre ancienne patrie. Le malheur nous a poussé jusqu'ici et nous ne voulons pas changer notre sort actuel''.

Les Suisses suivaient des règles strictes comme un règlement interne qui interdisaient à ses membres de participer à tout mouvement politique des ''natifs'' (sic) du pays. Ce règlement fut appliqué à la lettre car un des colons, Frederick Bion, fut expulsé de la colonie et exécuté pour avoir joint les rangs révolutionnaires de Venancio Flores qui voulait renverser Bernardo Berro. 

Les colons étaient également obligés de contribuer par le travail à la réalisation des travaux publics de la ville. Un désaccord qui se produisait entre ses membres devait se régler devant un ''arbitre'' de la communauté; seulement dans le cas d'un désaccord qui ne trouvait pas de solution devant un arbitre, on pouvait recourir aux tribunaux ordinaires de la République

Évidemment au fil du temps, des nuages noirs s’accumulèrent au-dessus de la communauté. Des tensions surgirent dont des conflits internes sur la participation de la société afin de résoudre des sujets publics. La plus grosse ombre au tableau fut la fracture de cette communauté entre les catholiques et les protestants. Cette fracture engendrera de chaque côté la construction de leurs propres églises ou temples, leurs propres cimetières (1863 pour les protestants et 1877 pour les catholiques), leurs propres écoles, etc. Comme quoi la religion.....
 
L'autre tension aura lieu durant la deuxième guerre mondiale avec ceux qui appuyaient le régime nazi et ceux contre le nazisme. Il existera une liste noire des gens qui soutenaient le régime nazi et Hitler dans la communauté. Malheureusement, Joseph Menguele, nazi notoire et véritable boucher/diable fera un séjour dans Nueva Helvecia. Durant la dictature de 1973 à 1985, une autre liste noire sera établie avec les sympathisants de gauche. On ne sait pas si ce sont les même personnes qui soutenaient le régime nazi qui seront à la base de cette seconde liste. Mais tous les groupes d’immigrants en Uruguay auront leurs divisions internes (les Italiens avec Mussolini, les Espagnols avec le régime de Franco, les Français avec Vichy, etc...)

Cette zone inclut les villages de Nueva Helvecia, Colonia Valdense, Rosario, Colonia Miguelete ainsi que d'autre endroits du département de Colonia. On peut voir une différence d'approche par exemple avec les Suisses qui arrivèrent ici pour rechercher un meilleur niveau de vie, autant leurs voisins italiens de Colonia Valdense (qui se trouvent tout proche de Nueva Helvecia) s’établirent dans ces lieux afin d’avoir la liberté religieuse qu'ils n'avaient plus en Italie.

Nueva Helvecia, bien que placée en Uruguay, partage encore une série de traits et de similitudes avec l'Europe, principalement avec la Suisse, l'Allemagne et la France comme résultat de son lien étroit avec le monopole culturel et social de ces pays. On remarquera quatre points importants du passage de la colonisation suisse dans le village:
  • Une apparence flagrante de l'architecture ''neohelvética'' qui consiste à apprécier une conception du village de nature héraldique, ce qui est tout le contraire de toutes les autres villes ou villages uruguayens
  • Chaque construction porte un écu symbolique qui fait référence aux différents cantons suisses d'où provenaient les premiers habitants de la métropole
  • Une gastronomie distincte qui est plus enracinée à celle de l'Europe centrale et dans laquelle, on trouve une ample variété de fromages ainsi que ses dérivés à base de lait. (A noter qu'ils sont spécialisés dans les marmelades ou les confitures aussi!)
  • La propreté de la ville par rapport aux autres villes du pays
Les cantons suisses représentés dans Nueva Helvecia
Cette zone avait une grande influence sur l'économie de l'Uruguay et le legs Suisse fut plus profond qu'il le laisse paraître pour l'Uruguay. On a souvent dit que l'Uruguay à la fin du XIXième siècle et début du XXième siècle était considérée comme "la Suisse de l'Amérique", ceci ne faisait pas uniquement référence à cette riche colonie Suisse. Durant cette époque, l'Uruguay arrivait largement au niveau des capitales européennes tant en culture, qu'industrie, etc, mais l'arrivée des Suisses, des Italiens, des Français et des Allemands, en particulier, a représenté un fait transcendant pour l'organisation postérieure politique du pays qui s'est montré très réceptif aux influences étrangères.

Plus tard, on redonna le nom de ''Suisse de l’Amérique'' au pays car après la guerre de Corée, l'Uruguay adoptera des droits bancaires de style suisse ce qui en fera un paradis fiscal durant de nombreuses années. Cette fin de secret bancaire ainsi que des accords fiscaux avec de nombreux pays permettra de sortir le pays de la liste rouge des états voyous (dixit Mr. Bling Bling). Je parle de cet incident dans ces deux articles un et deux.


La fête du premier d'août, célébrée dans les cantons suisses, est encore plus notoire et extravagante dans Nueva Helvecia. De la même manière, la commémoration autour de l'anniversaire de la Confédération Helvétique s'étend sur une période de trente jours, en commençant avec l'appel traditionnel des Églises catholiques et évangéliques, et en culminant avec un déjeuner de style familial dans lequel les autorités départementales et nationales se réunissent. En avril 2012, la colonie Suisse célébra son 150ème anniversaire de sa fondation.

Malgré le passage du temps, Nueva Helvecia continue d'être contigu aux coutumes de ses ancêtres et a toujours et encore un fort lien social et culturel qui la rend différente notoirement du reste de l'Uruguay, plus familiarisé avec la société espagnole et italienne. Avis aux amateurs de bières: Il existe l’équivalent du Bierfest allemand qui est la Fiesta de la Cerveza (festival de la bière).



Il existe aussi du côté argentin une ville qui s'appelle Colonia Suiza dans le département Bariloche (Rio Negro). Cette colonie fut fondée par des immigrants suisses provenant principalement du canton francophone de Valais (meme si le canton est considéré officiellement bilingue avec l'allemand) vers la fin XIXe siècle et début du XXe siècle. Les Goye, Mermoud, Cretton, Jackard, Fotthoff et Neu furent les premières familles à s'installer à cette endroit. Eux aussi étaient des travailleurs infatigables de l'agriculture et n’hésitaient pas à construire des embarcations pour transporter eux-mêmes les marchandises vers et depuis le sud du Chili par les lacs andins. Ils ont aussi cultivé des cerises, des prunes, des pêches, des pommes et des poires avec lesquels ils ont élaboré des sucreries et des conserves artisanales qui ont acquis un renom dans la région.

On trouve aussi une colonie Suisse au Brésil avec la fondation de la colonie de Nova Friburgo en 1820. Nova Friburgo fut la première société coloniale contractée par le gouvernement portugais (l'empire du Brésil se trouvait dans le giron du Portugal à cette époque).

Je profite de passer un coucou à mes lecteurs suisses car ils habitent un bien beau pays et ont le chocolat que je préfère le plus: Milka!

A la prochaine

3 commentaires:

  1. Pour une petite illustration supplémentaire voir ce mini reportage 1er aout made in Suisse en Uruguay
    https://picasaweb.google.com/102943164719171654946/UnPremierAoutEnUruguay
    Cordialement

    GUY

    RépondreSupprimer
  2. Merci Guy pour les photos! On voit que ce coin d'Uruguay est fière de ses racines en tout cas. Loin d'imaginer ce décor et les personnes dans un petit pays d’Amérique du sud. Vie l’amitié Uruguay-Suisse!

    RépondreSupprimer
  3. avez vous rencontré des gens portant le nom de CHERBUIN , ?
    un ancêtre a émigré vers l'amérique fin 19ème début 20ème , mais je ne trouve aucune trace ...
    je ne sais pas si c'était amérique sud ou nord .
    merci de votre réponse
    bien cordialement

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...