jeudi 14 novembre 2013

Buenos Aires: Teatro Colón

Voici la présentation d'un lieu mythique d'une de mes villes préférées de cette planète: le grand et majestueux Teatro Colón (théâtre Colon) de Buenos Aires.

Bâtiment imposant qui se trouve dans un quadrilatère formé de l'Avenida 9 de Julio, des rues Viamonte, Tucumán et Libertad dans le quartier de San Nicolás. Toutefois, si on pense que l’entrée est sur la grande et (trop) imposante Avenida 9 de Julio, vous vous mettez un doigt dans l’œil car l’entrée principale se trouve de l'autre côté, c'est à dire sur la rue Libertad (rue de la Liberté). Ceci pour la simple et unique raison que cette Avenida 9 de Julio n'existait pas au moment de la construction du théâtre.

Le Teatro Colón est la salle d’opéra la plus importante et la plus renommée de Buenos Aires. Le bâtiment a été dessiné au début par les architectes italo-argentins Francesco Tamburini (né à Ascoli Piceno en Italie en 1846 et mort à Buenos Aires en 1891) et son élève, Vittorio Meano (né à Susa en 1860 et mort à Buenos Aires le 1er juin 1904). 

Les lignes du bâtiment sont un mélange de style renaissance italienne et de baroque français. Style italien de par l'origine des deux architectes et française étant donné que l’architecture d'origine française (surtout le style Hausmann) faisait les beaux jours de Buenos Aires à cette époque.

Histoire

Vers le milieu des années 1850 et vu l'essor de l’opéra, on commence à cogiter afin d'ouvrir un théâtre digne de ce nom dans une des plus grandes villes d’Amérique du sud car rien qu'en 1854, il y a eu 53 représentations d’opéras différents dans différentes salles de Buenos Aires. Le premier Teatro Colón verra le jour sur une place importante de la ville: la Plaza de Mayo (Place de Mai). Sa construction débutera en 1856 et ouvrira ses portes le 27 avril 1857. Son architecte fut nul autre que le franco-argentin Charles Henri Pelligrini (un savoyard de Chambéry). Le théâtre fut considéré comme le plus grand théâtre d’Amérique du sud en 1857 avec 2 500 places (photo ci-dessous).


Toutefois, vers la fin du XIXe siècle, on commence à penser à en construire un plus grand vu l'expansion de la ville. L'emplacement actuel du nouveau théâtre était une station des chemins de fer de l'ouest. La première pierre du nouveau édifice sera posée en 1889 mais la construction mettra 20 ans à se concrétiser et à être réalisée! Pourquoi 20 ans? Toute une panoplie de circonstance: des difficultés financières, des arguments concernant l'emplacement du théâtre, la mort de Francesco Tamburini en 1891, le meurtre de Vittorio Meano (tué par son ancien majordome italien et présumé amant de son épouse) en 1904 et la mort d'Angelo Ferrari, un homme d'affaires italien qui finançait le nouveau théâtre. 

Le projet original de Francesco Tamburini et Vittorio Meano avant leurs disparitions respectives
Le bâtiment sera finalement achevé en 1908 sous la direction de l'architecte belgo-argentin Jules Dormal (né à Liège en 1846 et mort à Buenos Aires le 22 mars 1924) qui fera quelques changements dans la structure et qui laissera sa marque avec une décoration de style français. L’édifice recevra des équipements qui correspondent aux standards européens. Les bas-reliefs et les bustes sur la façade sont l'œuvre du sculpteur Luigi Trinchero (né en Italie à Acqui le 9 juin 1862 et mort à Buenos Aires le 6 février 1944). 

Une des façades du théâtre
L’entrée principale sur la rue Libertad
Il sera finalement inauguré le 25 mai 1908 (Jour de la Patrie en Argentine) devant un parterre de dignitaires politiques du pays, du président de la république et une foule très importante de la ville. L’opéra qui sera joué le 25 mai 1908 fut Aïda de Giuseppe Verdi dirigé par le maestro Luigi Mancinelli accompagné du ténor, Amadeo Bassi et de la soprano, Lucia Crestani.

De suite, le Teatro Colón deviendra rapidement un endroit célèbre pour jouer des opéras tout en rivalisant avec le Teatro alla Scala de Milan, l’Opéra Semper de Dresde, l’Opéra de Paris ou le Metropolitan Opera de New-York sur la scène internationale. La plupart des meilleurs chanteurs et chefs d'orchestre d'opéra du monde passeront ou passent toujours par le Teatro Colón.

Architecture 

Quand on se trouve face au théâtre, on voit que c'est du massif avec ses hauts murs et son mélange de style. Le théâtre peut accueillir jusqu’à 3 000 personnes. Par contre, une fois que vous rentrez à l’intérieur, attention aux yeux. Je vous recommande de mettre des lunettes de soleil car vous serez suffoqué par la riche décoration des différentes salles avec un nombre incalculable de dorures partout. 
 



Du marbre partout...bref un décor des plus beaux châteaux français ou italiens. Le plafond de la coupole de la salle a été décoré par l'artiste argentin Raúl Soldi en 1966 avec le nom des plus grands compositeurs de musique. L'auditorium est en forme de fer à cheval. La scène fait 20 m de profondeur, 15 m de haut et 20 m de large. Point de vue acoustique, il est considéré comme un des cinq meilleurs au monde.

Tous les escaliers sont en marbre
Après cette période de grand succès international et suite aux circonstances politiques (surtout du temps de cette salop*rie de dictature) et économiques (crises financières) de l'Argentine qu'elle a subie, le Teatro Colón a beaucoup souffert en plus de la baisse de fréquentation.

Il était devenu urgent que des actions soient prises. On débuta les rénovations en 2005 et le théâtre fut même fermé d'Octobre 2006 à mai 2010 afin de subir des rénovations massives et un énorme remodelage progressif de l’intérieur et de l’extérieur.

Il a ré-ouvert ses portes le 24 mai 2010 durant les festivités du bicentenaire de l'Argentine. On a fini en 2012 les aménagements urbains extérieurs autour du théâtre (j'aime bien l'affiche à droite qui annonce la ré-ouverture du Teatro).

Ci-dessous, une des plus belles pièces du théâtre qui est el Salón Dorado (le salon doré) avec ses lustres de cristal ainsi que toutes les dorures et les peintures du plafond, les vitraux qui se trouvent à chaque extrémité de la salle et les meubles.




Aujourd'hui, le theatre appartient à la ville de Buenos Aires et il y a une chose à signaler:
  • Le mauvais point: Si vous visitez le Teatro Colón, vous allez devoir payer le prix d'un touriste étranger, c'est à dire deux fois le prix normal. Et oui, vous avez un prix pour les locaux puis un prix pour les gens provenant du Mercosur (Brésil, Uruguay, Chili, etc..) et finalement le prix pour ceux qui viennent d'en dehors du continent. Il me semble que quand un argentin arrive en France pour visiter Le Louvre ou le musée d'Orsay par exemple, il paie le même prix que moi ou tout le monde. Mais, cette pratique est assez courante dans beaucoup de pays d'Amérique du Sud ou d’Amérique Centrale (sauf en Uruguay ou je n'ai jamais déboursé plus que les locaux).
Mais bon à part ce petit détail du prix d’entrée, cela vaut vraiment le coup de le visiter. Les guides sont sympas et ont le sourire. Certains tours peuvent se faire en langue étrangère comme l'anglais et le portugais. Je ne sais pas pour le français mais je suis certain que si un groupe se ramène, on trouvera quelqu'un qui parle le français parmi ces jeunes guides :)

Voici d'autres photos pour terminer cet article.










A la prochaine pour un nouvel article.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...