mardi 23 octobre 2012

Entrepreneur: José de Buschenthal

Il existe dans la multitude des rues de Montevideo des noms de divers personnages qui ont façonné la ville ou le pays et des noms de rues qui relatent un événement important qui a marqué à vie le pays.

Cependant, la majorité des noms des divers personnages sont généralement des politiciens (c'est vrai que la plupart du temps, il faut satisfaire l’égo de ces messieurs même s'ils sont décédés) et puis dans une moindre mesure, on trouvera des compositeurs, des musiciens, des écrivains, des gens inconnus (enfin...à notre connaissance), des architectes, noms de villes, etc.

Montevideo, comme toute ville d'un pays, n’échappe pas à cette règle et un des noms qui a toujours piqué ma curiosité fut celui de Buschenthal.

Il existe dans le quartier du Prado (voir mes articles un et deux), une Avenida Buschenthal qui est une des plus belles de ce quartier (shuuut...mais c'est mon quartier favori de Montevideo). J'ai ''flashé'' sur ce nom étant donné qu'il était à consonance allemande et que je n'aurais pas été surpris d'apprendre que ce fut un immigrant allemand qui arriva au pays comme cela fut le cas durant la fin du XIXe et début XXe siècle avec l’arrivée massive des immigrants européens en Amérique du Sud.



Mais je voulais savoir pourquoi une avenue à son nom car il fallait avoir fait quelque chose d'important (la seule exemption est pour les politiciens) afin d'avoir son nom apposé sur une plaque de rue.

En vérité, José de Buschenthal n’était pas un immigrant allemand mais un alsacien né en 1802 à Strasbourg (50% de mes origines!). Il était d'origine juive mais se convertira et deviendra luthérien. Il s'installera avec sa famille à Río de Janeiro. Il était reconnu comme un homme cultivé, distingué, d'un mot facile dans quelques langues et dandy. Il se mariera le 19 août 1830 avec la deuxième fille de Boaventura Delfim Pereira (Baron de Sorocaba), Maria Glória de Castro Delfim Pereira. La dot qu'elle apporta fit la fortune de Buschenthal avec laquelle il entreprit des affaires à haut risque auxquelles retentirent quelques faillites résonnantes. Il décida de repartir en Europe avec son épouse où il arrivera à se refaire économiquement.

À Paris, il se liera d'amitié avec José Ellauri (1834-1894), alors ministre uruguayen des affaires étrangères sous le gouvernement de Lorenzo Batlle y Grau. C'est grâce à lui que Buschenthal eu les premières références de l'Uruguay et fut invité par Ellauri pour venir faire un tour dans la jeune république.

Buschenthal arrivera à Montevideo en 1849 à bord de la frégate "Antoinette" (et ce durant la Guerra Grande). Il acquit une maison dans les environs des rues Bartolomé Mitre ou Angosta (aujourd'hui Juncal) qu'il transformera en hôtel particulier de deux étages décoré totalement avec un mobilier et des éléments d'ornement importés directement de Paris. Toutefois, cette maison n'existe plus.

Comme vous voyez, je parle de ''il'' car sa situation familiale ne semblait pas la meilleure des relations amoureuses. Le fait de vivre, l'un dans un continent et l'autre à 12 mille kilomètres de distance était plus ou moins une séparation à l'amiable bien que la paire se réunissait quelque mois chaque année en France ou en Italie pour prendre des bains thermaux.

Cependant, je comprend le pourquoi de sa plaque car il deviendra un grand entrepreneur. Il a fondé sur la rive droite de la rivière San José, pas trop loin du confluent avec la rivière Santa Lucía, l'établissement de viandes en conserves La Trinidad. Grâce à ses appuis, il deviendra fournisseur de l'armée française en expediant les conserves vers la France.

Il fut celui qui fera naviguer le premier bateau à vapeur sur les eaux du territoire uruguayen. Il fut aussi celui qui introduisit les premiers taureaux de race Durham importés d'Angleterre et qui importera du bétail suisse laitier qui fera la réputation de la colonie Suisse de la ville de Nueva Helvecia (Colonia Suiza) dans le département de Colonia. Comme quoi, nos amis Suisses pouvaient quitter leurs belles montagnes pour immigrer dans un petit pays comme l'Uruguay.

José de Buschenthal
Il fondera aussi l'immense estancia San Javier (proche de Paysandú). A la mort de ce dernier, celle-ci sera rachetée par des colons russes qui s’installèrent en Uruguay. Il construira le premier moulin à vapeur presque sur l'actuel chemin Castro y Raffo proche de l'édifice du Liceo Militar ''Gral. Artigas''.

Il interviendra en 1852 dans la construction de l’Hôtel Oriental qui se trouvait aux intersections des rues Solís et Piedras qui fut considéré comme un des plus beaux monuments de l'époque dans tout Montevideo. Ce bâtiment n’existe plus aujourd'hui. Je pense que cet hôtel a été détruit au moment de la construction du bâtiment de la Banco de la República Oriental del Uruguay. Comme on peut le voir, il a été un personnage qui fut important à la fin du XIXe siècle dans la société de Montevideo et de l'Uruguay.
José de Buschental étendra son influence en dehors des frontières uruguayennes. Dans des moments politiquement convulsionnés en Argentine, il s'est approché du gouverneur d'Entre Ríos, Juste José de Urquiza, avec qui, il a lié certaine amitié et qu'il a financièrement conseillé.

Pendant ce temps, il acquit environ 65 hectares de terrains dans le Prado et proche de Paso del Molino (aujourd'hui connu sous le nom de Paso de Las Duranas), entre 1862 et 1867 et d'autres terrains près de la rivière Miguelete (aujourd'hui le paseo del Prado). Ne pas oubliez qu'à l’époque, le quartier du Prado se trouvait vraiment en dehors des limites de la ville.

Don José de Buschenthal (don est un titre honorifique) construisit sa quinta (maison de campagne) qui s'appelait ''Buen Retiro'' (que l'on pourrait traduire par ''Bonne Retraite'') ainsi qu'un chalet, un débarcadère sur la rivière Miguelete, des tonnelles, un lac artificiel et une cabane. Le paysagiste français, Mr. Lasseaux, dessina les jardins de cette demeure afin de vraiment justifier le nom de la maison ''Buen Retiro'' avec des fontaines et de nombreuses espèces exotiques d'arbres. Son jardin comprenait de nombreuses variétés d’eucalyptus qui étaient entretenus par Thomas Tomkinson (un english). Il aura son propre zoo aussi avec une grande variété d'oiseaux, de serpents, etc.

Chalet de José de Buschenthal
Vers 1870, Buschental embarquera vers la France, où son épouse résidait toujours. Après avoir été quelques semaines à Paris, il ira consulter des médecins à Londres mais décédera seul, le 25 novembre 1870, dans l'hôtel londonien de Clarendon.

Dans son testament, Buschental avait nommé "héritière universelle" son épouse. Une fois à Montevideo, la baronne fera une visite de toutes les possessions de son époux, mais reviendra en Europe pour s'installer à Madrid. La baronne de Sorocaba se lancera dans la politique en Espagne sous le nom de Maria de Buschental. Elle ne se cachait pas en se qualifiant de républicaine. Ne pas oubliez qu'à ce moment, on était dans une époque ultra-conservatrice et royaliste donc d'avoir une meneuse féminine ne devait pas être du goût de la gente masculine...et de beaucoup de femmes. Toutefois, elle décédera le 20 juin 1891 après de longues souffrances.

La quinta ''Buen Retiro'' tombera dans l'abandon. Finalement, elle fut vendu à un particulier, Aldolfo del Campo, en 1872. Il ouvrira le parc au public en 1873. C'est à ce moment là que les habitants de Montevideo découvriront la richesse, la grandeur et la splendeur de ce parc.

En 1889, une loi est votée par le gouvernement qui déclare ces terrains d’utilité publique et publie l'expropriation de tous les terrains et édifices qui constituaient l'ancienne maison de campagne de Buschenthal ainsi que d'autres expropriations dans un périmètre de quinze hectares sur les propriétés contiguës et limitrophes autour de ce joyau. Le but sera de le dédier à une promenade publique pour tous les habitants et sera appelé ''Prado Oriental''.

En 1902, on créera le Jardín Botánico (jardin botanique) réalisé par l'ingénieur paysagiste français Charles Racine (j'en parle ici) sur des terrains de M. Buschenthal.

Puis, durant le mandat municipal de Daniel Muñoz, Montevideo obtiendra une collection variée de rosiers provenant de la France, dont la plantation a été soigneusement supervisée par Charles Racine. Au moment de l'inauguration, le 17 novembre 1912, il a réussi à réunir environ 12.000 rosiers. Encore des terrains de M. Buschenthal.

Donc, si un jour, vous marchez dans le beau parc du Prado ou/et la roseraie ou/et le jardin botanique ou/et autour du lycée militaire (photo ci-contre), vous saurez que tous ces terrains ont appartenu en grande partie à don José de Buschenthal.

Par contre, vous me verrez pas de vraies photo(s) de José de Buschenthal car j'en ai trouvé aucune jusqu’à date à part le buste plus haut! J'avais fait un tour à la bibliothèque de Montevideo pour faire des recherches mais c’était trop galère d’emprunter un bouquin.

Même chose pour sa maison, impossible de trouver une photo de la quinta ''Buen Retiro'' pour le moment. C'est comme si elle n'avait jamais existé malgré le fait qu'elle a été détruite depuis longtemps.

Voici une photo trouvée du Prado et qui date d'environ 1920 (site Palmeras de Montevideo)


Une autre photo de l'Avenida Buschenthal dans sa splendeur vers 1910


La photo aujourd'hui mais prise du côté droit..un peu déplumé, n'est-ce pas? Mais c’était aussi l'hiver :)


Une autre photo de l'Avenida Buschenthal mais je n'ai pas pu trouver exactement l'emplacement afin de prendre une photo d'aujourd'hui mais c'est certain que c'est cette avenue. Je pense que nous regardons vers le parc du Prado de l'avenue.

Voici l'histoire de ce monsieur alsacien qui aura connu toute une aventure en Uruguay! Ci-dessous, une superbe carte postale de 1904 inspirée des espèces du Prado (site  Palmeras de Montevideo).


A bientôt!

3 commentaires:

  1. Je découvre le blog ... Je le dévore ... Excellent !!
    Au plaisir de communiquer avec vous (je ne sais comment vous transmettre mon adresse privée ?)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour CortoMaltese,

    Merci d avoir laisse votre commentaire et je continuerais de faire plaisir a mes lecteurs le plus possible avec des sujets qui sortent de l ordinaire. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    Je viens de trouver votre blog pour la raison suivante
    Je fait des recherches sur un parent qui a été jardinier chez André Lamas (une des lettres de Lamas que je possède a l'entête de ETABLISSEMENT TRINIDAD en 1893 ( fabrique de boite de conserve de viande )
    J'ai appris que cet établissement avait été créé par José de Buschental !
    Je cherche a retrouver la tombe de A Lamas et éventuellement ses descendant !
    Merci si quelqu'un peux m'aider!

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...