vendredi 8 mars 2013

OXO et le Corned Beef Fray Bentos


Après vous avoir décrit la saga industrielle de Liebig en Uruguay ou plutôt ce que l'Uruguay avait apporté à la grandeur de Liebig dans le monde (oui..oui..n'ayons pas peur d'employer ces mots), nous allons continuer notre saga avec la suite. Donc, comme j'avais mentionné dans mon premier article, l'usine de Liebig de Fray Bentos sera vendue en 1924 aux frères William et Edmund Vestey de la compagnie Vestey Group (Liverpool). L'ensemble industriel fut rebaptisé Frigorifico Anglo del Uruguay ou plus communément El Anglo par les locaux.

Qui sont les frères Vestey?

Vestey Group Ltd, anciennement Vestey Brothers, fut un groupe privé d'entreprises du Royaume-Uni qui comprenait une entreprise internationale de produit alimentaire (viandes, corneed beef, produits laitiers, légumes surgelés, produits de boulangerie, de la restauration, etc), des intérêts dans des estancias (fermes d’élevage) de bovins, des intérêts dans des plantations de canne à sucre au Brésil. Ce conglomérat fut créé en 1897 et comprenait des estancias au Brésil, Venezuela, Argentine, des usines de transformation de viande en Argentine et à Fray Bentos en Uruguay pour l’Amérique du sud.

Afin d’expédier la viande et tous les produits reliés aux bovins et ovins, ils créèrent leur propre compagnie de transport afin d'avoir la main mise sur toute la chaîne alimentaire et réduire les coûts. La compagnie s’appellera la Blue Star Line. Les deux premiers bateaux furent achetés en 1909 et vers 1939, la Blue Star Line détenait trente-neuf bateaux qui partaient la plupart de Buenos Aires mais surtout de Fray Bentos.

En 1915, les frères Vestey déménagèrent sur Buenos Aires car on avait refusé de leur allouer une exemption d’impôt en Angleterre. Ceci nous démontre que le phénomène actuel des fortunes qui partent à l’étranger n’est pas un fait nouveau!

OXO

Quel est l'anglais qui n'a jamais entendu le nom Oxo ou qui n'a jamais prononcé le mot Oxo une fois dans sa vie? Oxo a été la première marque d'extrait de viande créé totalement à Fray Bentos dans les usines de Liebig en 1900. Certains articles disant que le bouillon cube a été inventé en Angleterre se basent sur une information erronée. A la source de la décision de créer Oxo est qu’en 1899, la Liebig's Extract of Meat Company, face à la concurrence, lancera cette marque moins chère que l'extrait Liebig dont le coût avait été considéré comme trop élevé par la classe pauvre et une partie de la classe moyenne.

Les frères Vestey en rachetant l'usine de Fray Bentos en 1924 remportèrent le gros lot avec cette marque. On ne connaît pas vraiment les origines de ce nom mais la théorie la plus plausible serait que celle-ci se réfère à certaines boîtes prêtes à être expédiés vers l'Europe et qui étaient imprimées avec le traditionnel OX, qui veut dire buey (bœuf en français). Apparemment un jour, un travailleur ajouta un O à la marque d’origine comme s’il s’agissait de deux yeux et un nez. Ainsi, par une idée d’un travailleur de Fray Bentos au début du siècle passé serait née une des marques les plus fameuses dans le monde industrielle.

Le bouillon de cube de viande a été offert dans les magasins londoniens dès juin 1900. Il était proposé à la vente dans les cafétérias des gares, les hippodromes, les pistes de course et les foires agricoles entre autre. Oxo fut synonyme de santé pour des millions de consommateurs. Initialement fabriqué surtout pour les classes moins aisées, le cube de viande deviendra un aliment de base pour de nombreuses personnes en Grande-Bretagne et en Europe continentale.

Dans les laboratoires de Fray Bentos, l’extrait de viande a été transformé en une pâte sous forme de comprimés tout en conservant l’essence essentielle et surtout ses nutriments. Dans toute l'Angleterre, on l’appela le cube «Oxo» ou le «produit à un penny».

Le Corned Beef

Les premières boites de Corned beef sortiront des usines de Liebig en 1873. Elles seront vendues dès le début sous le nom de Fray Bentos. Les nouveaux propriétaires continueront à augmenter les capacités de production de la mise en conserve. Le nom Corned beef s’imposa de lui-même surtout pour des raisons de marketing et parce que les propriétaires étaient anglais. Pour plus d’info sur le Corned beef, voici le lien mais la fabrication en elle-même n’était pas un procédé nouveau car cette recette était utilisée par les fermiers bretons bien avant Fray Bentos.  

Pendant la Première Guerre mondiale, Oxo passa un test important en devenant la boisson des tranchées tout en rajoutant les mots marketing et publicité. Plus de cent millions de cubes seront envoyés en Europe. Les cubes étaient inclus dans toutes les rations des troupes britanniques ou du Commonwealth durant cette saleté de guerre. Le Corned beef, quand à lui, aura son heure de gloire aussi car durant cette guerre, un des chars (les rares engagés durant ce conflit), fut surnommé Fray Bentos par les soldats britanniques car à l'intérieur, ils se sentaient comme de la viande en conserve.

Soldat tenant une boite Fray Bentos durant la Première Guerre mondiale

Fray Bentos était devenu la cuisine de l'Europe libre bien que les capitaux étaient à majorité allemands (et belges) étant donné qu’à cette époque, la compagnie n’appartenait pas aux frères Vestey. Assez cocasse comme situation qui amènera la compagnie au bord du gouffre à cause de ce problème après le premier conflit.

A la fin du conflit, les annonceurs n’hésitèrent pas à faire passer un message reçu avec enthousiasme par la population en disant ''qu’Oxo avait également gagné la guerre’’.

1930-1940

Oxo met l'accent sur la bonté du cube et la valeur de ce cube à un moment où la Grande-Bretagne était en difficulté financière. On fait passer le message que la nourriture deviendra plus réconfortante et savoureuse en ajoutant ce cube.

Durant le conflit de la Seconde Guerre mondiale, plus de 16 millions de boîtes de corned-beef seront expédiées à partir du port de Fray Bentos pour l'Europe en guerre. Ce qui entraînera aussi une perte matérielle énorme pour la Blue Star Line car 29 bateaux sur les 39 seront coulés pendant le conflit. Après la guerre, la destruction massive des usines d’Europe aura un impact majeur sur le manque criant de nourriture pour les populations impliquées dans ce conflit.

L'effort de guerre
L’entreprise expédiera sur une échelle mondiale, ses cubes, son Corned beef, et  ses nombreux dérivés vers l’Europe, les États-Unis, la région de l'Océanie, et plusieurs pays d'Asie et d'Afrique pays.
Expédition des boites vers l'Europe en 1941
 Les Frigos El Anglo

Pour faire face à la demande, on construira, en 1920, un édifice de 60 mètres de longueur, 40 mètres de largeur et une hauteur équivalente à cinq étages en l’espace de trois ans. Plus tard, les chambres froides seront installées, ce qui permettra à l'entreprise d’exporter également de la viande crue congelée et réfrigérée. La ville avait la plus grande usine de conserverie de viande et d'unité de réfrigération qui n’ait jamais existé à cette époque dans l’hémisphère sud.

Toutes les machines ont été conçues par les Allemands, mais seront construites au Royaume-Uni. Les grues qui se trouvent sur les quais ont été construites à Leeds. La machine de pompe à eau Merry weather arriva en 1893 pour pourvoir l’usine en eau à travers ses réseaux de tuyaux de canalisation. Dans les ruelles du quartier Anglo, on marche encore sur des plaques de fonte (chacune de 700 kg) fabriquées en écosse (ex. P. & W. MacLellan Clutha Iron Works Glasgow 1866). 

Il faut comprendre aussi qu’avant l’arrivée des anglais, la vache était abattue surtout pour son cuir, sa langue, ses sabots et quelques morceaux de viande qui servait à fabriquer l’extrait de viande. Ils apportèrent l’idée qu’il y avait un marché pour chacun des sous-produits. On faisait aussi bien de la colle à partir des sabots qu’on employait la vésicule biliaire dans l’industrie du parfum dont la France était un gros acheteur. Les épais poils des oreilles étaient utilisés pour fabriquer des pinceaux ou des brosses. Bref, des utilisations inimaginables.

Anglo développera une technologie de transformation de la viande la plus avancée que n'importe quel autre pays en Amérique du Sud, du nord ou de certains pays d’Europe. L’usine traitera jusqu’à 400 vaches à l’heure, 2 000 moutons par jour. A son pic de l’histoire, l’usine employa jusqu’à cinq milles personnes provenant de plus de soixante pays et employa un habitant sur trois de la ville. L’usine consommait plus de 200,000 tonnes de charbon en provenance d’Irlande.



El Anglo produira jusqu’à deux cent différents produits en conserves (photo ci-dessous). On ne parle pas uniquement de produits à base de viande mais aussi des boites de conserve de légumes, de fruits, des sucreries, des confitures, de la volaille (dinde, lapin, cochon); etc.

Mais toute histoire a une fin, car dans les années 1955-1960, El Anglo est déjà en pleine décadence. Beaucoup d'efforts ont été faits pour essayer de le réanimer, mais sans succès. En 1967 commencèrent les premiers mouvements sociaux des ouvriers, ce qui entraînera l’intervention de l’État afin de sauver ce tissu industriel.

En 1979, l'usine fermera définitivement ses portes et s’endormira à jamais dans un profond sommeil. Un des facteurs qui tua ce mastodonte fut la création de l’Europe et l’acceptation de l’Angleterre dans le marché commun. Avec ce changement, la relation commerciale et spéciale entre l’Uruguay et l’Angleterre prendra fin et entraînera la disparition d’une grande source de commerce et de profit pour l’usine.

L’usine sera sauvée de l'abandon et sera transformée en musée (Museo de la Revolucion Industrial). Aujourd’hui, il est possible de visiter une partie de l’usine, de visiter les laboratoires, l’étage complet de l’administration, les salles de machinerie, d’admirer des centaines d’anciennes photos des travailleurs et de la vie culturelle, des affiches originales, de voir exposé les produits qui étaient fabriqués à Fray Bentos. Ce musée est touristique mais aussi éducationnelle car de nombreuses écoles visitent ces lieux afin de leur faire découvrir un héritage inconnu pour cette génération.

Je vous propose ce lien très intéressant afin de visiter virtuellement le complexe et ses alentours: Uruguay 360

Au cours de sa visite en Uruguay en 1999, le Prince Charles a plaisanté en parlant du Corned beef de Fray Bentos. Il a dit qu’il avait été élevé avec ça et qu’il en avait tellement mangé que ça lui sortait par les oreilles.

Trente ans après la fermeture de l'usine, un groupe brésilien produit de nouveau du Corned beef à Fray Bentos (mais dans cette usine) une fois de plus et l'exporte vers la Grande-Bretagne. J'en ai trouve dans certains magasins au Canada mais bon, ce n'est pas mon produit de tous les jours sur ma table.

Les quartiers Anglo

Le Barrio (quartier) Anglo, qui se trouve à côté de l'usine, est aménagé dans le pur style typique des colonies anglaises du XIXe siècle: de petites maisons pour les travailleurs, debout à côté de grandes maisons pour les employés de niveau supérieur, et à la fin, ce qui était connu comme la grande maison (Casa Grande), qui était normalement occupé par le directeur de l'usine. 

Notez que toutes les installations industrielles et le quartier Anglo ont été déclarés Monuments Historiques Nationaux  en 1987. Notez aussi qu’au bord de la tamise à Londres, on trouve la Oxo Tower qui a été rénovée il y a un certain nombre d’année.

 


Voila la fin de la saga industrielle de Fray Bentos, de Liebig, El Anglo, les frères Vestey, les ouvriers, etc...

La Oxo Tower sur les bords de la Tamise

A bientot

DISCLAIMER : Pictures displayed on my posts are most likely from the internet.
All material is copyright their respective owners.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...